Saint Seiya Omega Index du Forum

Saint Seiya Omega
Le forum officiel consacré à la suite de Saint Seiya : Omega.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Musique Classique
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 710, 11, 12  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Saint Seiya Omega Index du Forum -> Ω Espace membres Ω -> DISCUSSIONS GENERALES -> Musique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:05 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : Les Folies d'Espagne

On ne présente pas Lully, inventeur de l'opéra français et musicien officiel du roi Louis XIV. C'est lui qui publia la première forme connue de Folia, sous le nom de Folies d'Espagne, dès 1672 sous la forme d'un quatuor de hautbois.




.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:05 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:11 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Matteo Coferati (1638-1703) : Lauda Spirituale-Folias di Spagna 

Chanteur et chapelain à Florence durant toute sa carrière, Matteo Coferati serait tombé dans les oubliettes de l'histoire de la musique s'il n'avait écrit en 1691 un ouvrage à l'importance capitale sur l'interprétation du plain-chant en Italie au XVIIème siècle : Il cantore addottrinato.

Je n'ai pas trouvé de traces de compositions de Coferati mais il a été aussi l'auteur d'une compilation nommée Corona di sacre canzoni o laude spirituali (1688) dans laquelle il publie 330 hymnes divers au milieu desquels on trouve une folia chantée. Aucun auteur n'est noté dans ce livre, voilà pourquoi Coferati en est l'auteur... par défaut.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:19 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Marin Marais (1656-1728) : Folies d'Espagne

Marin Marais, fils de cordonnier doit son ascension sociale à la musique. Après une formation d'enfant de choeur, il s'oriente vers l'étude de la viole auprès de Sainte Colombe, inventeur de la septième corde grave de l'instrument.

Marais a alors seize ans et les choses semblent s'être mal passées... Toujours est-il que Marais étudiera moins d'un an auprès du maître.

A ce propos, voici ce que Titon du Tillet raconte :
"Sainte Colombe fut même le maître de Marais ; mais sétant aperçu au bout de dix mois que son Elève pouvoit le surpasser, il lui dit quil navoit plus rien à lui montrer. Marais qui aimoit passionnément la viole, voulut cependant profiter encore du savoir de son Maître pour se perfectionner dans cet Instrument ; et comme il avoit quelque accès dans sa maison, il prenoit le temps en été que Sainte Colombe étoit dans son jardin enfermé dans un petit cabinet de planches, quil avoit pratiqué sur les branches dun Mûrier, afin dy jouer plus tranquillement et plus délicieusement de la Viole. Marais se glissoit sous ce cabinet ; il y entendoit son maître, et profitoit de quelques passages et de quelques coups darchets particuliers que les Maîtres de lArt aiment à se conserver ; mais cela ne dura pas longtemps, Sainte Colombe sen étant aperçu et sétant mis sur ses gardes pour nêtre plus entendu par son Elève : cependant il lui rendoit toujours justice sur le progrès étonnant quil avoit fait sur la Viole ; et étant un jour dans une compagnie où Marais jouait de la Viole, ayant été interrogé par des personnes de distinction sur ce quil pensoit de sa manière de jouer, il leur répondit quil y avoit des Elèves qui pouvoient surpasser leurs maîtres, mais que le jeune Marais nen trouverait jamais qui le surpassât."

A partir de cette anecdote, Alain Corneau fit l'excellent film "Tous les matins du monde" dont voici un extrait. Guillaume Depardieu y joue le jeune Marais qui vient se présenter à Sainte Colombe (Jean-Pierre Marielle) en jouant quelques variations de son cru sur l'air des "Folies d'Espagne"

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:23 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Arcangelo Corelli (1653-1713) : La Follia

Ce compositeur italien né à Fusignano en Romagne dont une grande partie de la carrière se déroula à Rome a eu une production limitée (6 numéros d'opus) entièrement consacrée au violon mais il est rapidement devenu la référence européenne en ce qui concerne cet instrument.

La douzième sonate de l'opus V (1700) "Follia" (Thème et 23 variations) est d'un seul tenant, contrairement aux autres. Cette pièce rendra Corelli tellement célèbre qu'on lui attribua parfois la paternité du thème alors que d'autres l'avaient déjà exploité auparavant (comme Lully ou Marais en France).

Durant la vie du compositeur, cet opus V connut une douzaine d'impressions et on continua d'en tirer des dizaines d'éditions lors du siècle suivant. Et tout cela grâce à cette douzième sonate dont on compte à ce jour 202 enregistrements sur disque.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:27 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Henrico Albicastro (environ 1660-1730) : La Follia

Pour une fois que les Suisses tenaient un compositeur de talent !

Longtemps, on a été sûr que Henrico Albiscastro était né en Suisse comme le musicien allemand Walther l'avait suggéré en 1732.

Le premier disque contenant des œuvres de ce célèbre Helvète a même été édité il y a vingt ans dans le cadre de la célébration des 700 ans de l'existence du pays du gruyère et des banques accueillantes.

Las, Walther avait avancé cette information sans preuve et des recherches récentes situent le lieu de naissance d'Albicastro en Bavière non loin de Weissenburg d'où son véritable nom : Johann Heinrich von Weissenburg.

Le jeune Heinrich a poursuivi ses études musicales à Leyde aux Pays-Bas. Ensuite, il semble exercer divers emplois comme chef d'orchestre et musicien sans que l'on ait la moindre précision sur ce qu'il faisait vraiment mais c'est en 1708 que l'on retrouve vraiment sa trace comme... capitaine de cavalerie de l'armée néerlandaise.

Weissenburg était semble-t-il aussi habile avec son archet qu'avec son sabre car au moment de sa mort, il était considéré à l'égal de grands virtuoses du violon comme Biber.
Mais au fait, pourquoi notre Bavarois émigré aux Pays-Bas est-il connu sous son nom italianisé en Henrico Albicastro (Weissenburg et Albicastro se traduisent en français par "château blanc")?

Eh bien, pour des raisons commerciales, chère madame. Le grand éditeur d'Amsterdam Etienne Roger qui avait imprimé le célébrissime opus V de Corelli qui contenait la fameuse Follia surfait sur la vague italienne, s'apercevant que ses partitions se vendaient mieux si les noms des compositeurs avaient des consonances transalpines.

Qu'à cela ne tienne, Weissenburg s'appellera Albicastro pour la postérité et sur les pages de titre de ses neuf opus parus à Amsterdam entre 1701 et 1706 où sa carrière militaire est d'ailleurs évoquée.

C'est dans sa dernière publication qu'Albicastro insèrera une Follia en douzième et dernière position à l'instar de Corelli.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:31 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Antonio Martin y Coll (1660 ?-1740?) : Diferencias sobre las Folias 

Antonio Martin y Coll était un frère franciscain du monastère San Francisco El Grande de Madrid. Il n'était pas à proprement parler un compositeur mais un organiste et théoricien de la musique.

Son oeuvre principale "Flores de Musica" en quatre volumes contient quelques centaines de pièces et est ainsi un témoignage indispensable sur la musique espagnole (Cabezon, Heredia, Cabanilles...) mais aussi européenne (Corelli, Frescobaldi, Gaultier, Couperin, Lully...) du dix-septième siècle.

Comme Martin y Coll n'indique aucun auteur dans son ouvrage, un certain nombre de partitions ne sont pas identifiables. Certaines sont peut-être l'oeuvre du frère franciscain mais d'autres sont d'auteurs anonymes.

C'est certainement le cas des deux folias présentes dans l'ouvrage dont voici la plus complète qui comporte treize variations dans l'interprétation pour basse de viole, triple harpe, guitare et castagnettes de l'excellent Jordi Savall.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:36 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Marc-Roger Normand (1663-1734) : Folies d'Espagne

Voilà un musicien à priori peu connu..., mais si je vous révèle qu'il est né à Chaumes en Brie, tout s'éclaire.
Mais si ! Chaumes en Brie, la patrie de la dynastie Couperin.

Le papa de Marc-Roger était maître tailleur, ce qui ne prédestinait pas forcément l'enfant à la musique mais sa maman était la sœur de Louis Couperin le grand claveciniste et organiste et aussi de Charles violiste et virtuose de l'orgue mais surtout père de François Couperin dit "le Grand".

Yes, être cousin d'un tel monument de la musique française, ça n'a pas dû être facile tous les jours pour Marc-Roger qui se destinait aussi à la musique.

C'est peut-être pour cela que, très jeune, notre Marc-Roger va s'exiler pour tenter sa chance comme musicien auprès de la Princesse de Carignan puis du Roi de Sardaigne dont il deviendra le second puis le premier organiste.

C'est à Turin, capitale du royaume de Sardaigne (mais si !) que Marc-Roger Normand meurt en 1734, laissant pour la postérité un seul manuscrit de 70 pièces de clavecin composé d'œuvres diverses dont un certain nombre de l'auteur lui-même sans que cela soit toujours précisé.

Les variations sur les Folies d'Espagne présentes dans le manuscrit ont une filiation directe avec celles de d'Anglebert et quand on sait que Normand a probablement étudié avec celui-ci, l'on peut raisonnablement penser qu'il en est le compositeur.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:40 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Santiago de Murcia (1673-1739) : Folias Italianas

Ce n'est que très récemment que l'on a pu avoir quelques rares informations sur la vie de Santiago de Murcia grâce aux trouvailles du musicologue Alejandro Vera.

Murcia fut maître de guitare de Marie Louise de Savoie, femme de Philippe V d'Espagne (petit fils de Louis XIV) jusqu'à la mort de celle-ci en 1714. On apprend ensuite que le musicien connaît une fin de vie difficile et qu'il mourra dans la pauvreté à Madrid en 1739.

Ce n'est qu'au milieu du vingtième siècle que furent retrouvés au Mexique deux de ses recueils : "Passacalles y obras" et "Codice Saldivar". Un autre de ses recueils "Cifras selectas de guitarra" a été découvert au Chili en 2006 par Alejandro Vera. C'est dans le Codice Saldivar que l'on trouve une Folie d'Espagne étrangement intitulée "Folias Italianas", ce qui laisse supposer que l'auteur s'est inspiré de la Follia de Corelli (dont Murcia avait publié une version en tablature de guitare).

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:43 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Giovanni Reali (1681-1751) : Folia 

Désolé, je vais devoir faire court ! Giovanni Reali, né à Venise trois ans après Vivaldi n'a pas laissé beaucoup de traces dans l'histoire de la musique. Tout ce qu'on sait de lui, c'est que ce violoniste-compositeur commença sa carrière dans la cité des Doges où il fit paraître son opus I constitué de caprices et de sonates pour 2 violons et basse continue dédié à Arcangello Corelli (1709).

Il fut ensuite nommé maître de chapelle à Guastalla en Emilie-Romagne et il semble qu'on ait plus ou moins perdu sa trace. Tout juste sait-on qu'il mourut vers 1751.

Compositeur mineur ? Certainement au regard de l'histoire de la musique ; mais quand on entend sa Folia tirée de son opus I, on peut se prendre à regretter l'oubli dans lequel est tombé l'auteur car ses variations, en terme de danse et de fougue pyrotechnique, supportent haut la main la comparaison avec celles de ses plus prestigieux contemporains.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:46 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Paolo Benedetto Bellinzani (fin XVIIe-1757) : La Folia

Paolo Benedetto Bellinzani est né à Mantoue à l'époque où la Folia s'est développée sous sa forme actuelle sous l'impulsion de compositeurs prestigieux tels que Lully, Marais ou Corelli.
A l'instar de Vivaldi, Bellinzani privilégia sa carrière de musicien à celle de prêtre et il occupa le poste de maître de chapelle dans diverses cathédrales italiennes : Udine, Pessaro, Urbino, Fano, Recanati où il mourut en 1757.

La production musicale de Bellinzani fut essentiellement religieuse mais c'est en fait pour sa musique de chambre qu'il passa à une modeste postérité.

Précisément, c'est grâce à la Folia, dernier mouvement de la douzième sonate de son opus 3 pour flûte à bec et basse continue que l'auteur n'a pas sombré dans l'oubli.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:51 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Folie d'Espagne (cantate des paysans) 

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire la bio de celui qui est parfois considéré comme le plus grand compositeur de la musique occidentale.

S'il n'a pas la "stravaganza" de Vivaldi ni l'éclectisme de Telemann, Bach est pour moi comme un Arbre-Monde. Ses racines plongent dans le sol fertile de l'histoire musicale de notre continent jusqu'à la Renaissance, époque de l'explosion polyphonique. Ses branches, alimentées par ses talentueux enfants, nous emmènent vers des contrées épurées au modernisme surprenant comme ses variations Goldberg ou ses derniers canons avant-gardistes, sans parler de cet énorme opus ultimum qu'est l'Art de la Fugue qui, à mon sens, restera le sommet de l'écriture contrapuntique.

Bach, c'est cet incroyable science musicale qui fait qu'après l'écoute d'une de ses œuvres, vous vous mettez à croire que la vie a un sens et le monde un équilibre.

Mais regardez ce visage, c'est aussi le visage d'un homme qui eut vingt enfants et qui ne dédaignait pas boire une bière avec de bons amis.

En écoutant sa musique, on peut parfois l'oublier, mais Johann Sebastian Bach était aussi un homme qui ne cherchait pas en permanence à tutoyer les cieux.

C'est ce que l'on peut percevoir dans cette joyeuse cantate des paysans dans laquelle on entend brièvement une Folia qui accompagne un air de soprano.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 23:56 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Sarabande

Ce fils de chirurgien barbier de Halle en Saxe est le type même du musicien baroque : voyageur, éclectique et productif.

De Hambourg à Venise et passant par Florence, Rome et bien sûr Londres, Allemand, Italien ou Anglais, Händel est tout cela à la fois. Il compose dans tous les styles et produit toutes sortes d'œuvres : sonates, concertos, pièces pour clavier, oratorios (le Messie) et autres pièces religieuses et surtout 42 opéras qui lui vaudront une gloire internationale.

C'est en 1720 à Londres que Händel fait éditer ses huit suites pour clavecin qui sont certainement des œuvres de jeunesse composées en Allemagne. L'une des suites comporte une "Grande Sarabande" qui s'inspire du thème des Folies d'Espagne que l'auteur connaissait bien comme tout le monde à son époque à cause de l'immense succès de l'opus V de Corelli.

A l'instar de Purcell, Händel modifiera la progression harmonique d'origine.
/DM___ /A7___ /F___ /C___ /GM___ /DM___ /GM___ /A7___ /
/DM___ /A7___ /F___ /C___ /GM___ /F___ /GM A7__/DM___ /

Alors que la Folia "classique" a pour progression :
/DM___ /A7___ /DM___ /C___ /F___ /C___ /DM___ /A7___ /
/DM___ /A7___ /DM___ /C___ /F___ /C___ /dm A7__/DM___ /

Cela dit, cette sarabande sonne vraiment comme une Folia et encore plus dans l'adaptation pour orchestre à cordes qui a été faite pour le film Barry Lyndon de Stanley Kubrick en 1975.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 7 Oct - 00:02 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Domenico Gallo (1730-1775) : Folia 

Domenico Gallo est un compositeur vénitien de la période baroque tardive dont on ne sait pas grand chose hormis le fait qu'il est l'auteur de deux recueils de sonates et de quelques autres pièces.

Il aurait pu disparaître dans les oubliettes de l'histoire sans un bien étrange concours de circonstances :

En 1919, l'imprésario Serge de Diaghilev demanda à Igor Stravinsky de mettre en musique un ballet nommé "Pulcinella" en s'inspirant de l'œuvre du compositeur napolitain Pergolesi (1717-1736) à la carrière aussi courte que brillante (voir son Stabat Mater). Stravinsky se met au travail et compose la musique du ballet qui sera créé en 1920 à l'Opéra de Paris avec des décors et des costumes de Pablo Picasso.

Sept des pièces du ballet étaient tirées d'un recueil paru en 1780 à Londres sous le titre "Twelve sonatas for two violins and a bass compos'd by Gio. Batt. Pergolese Author of the Stabat Mater". Ce recueil eut un grand succès et connut une réédition en 1795. Or, aucune de ces pièces n'était de Pergolesi mais le nom du célèbre auteur italien étant vendeur, l'éditeur Preston and son n'avait pas hésité à lui attribuer les partitions pour des raison commerciales (pratique courante à l'époque).

Le ballet de Stravinsky ayant fait ressurgir ces pièces, elles intéressèrent les musicologues qui finirent par découvrir vers 1950 que ces douze sonates (au demeurant excellentes) étaient de Gallo.

Voilà comment un compositeur italien voué à l'anonymat dès sa mort au dix-huitième siècle ressurgit au milieu du vingtième par le truchement d'une partition éditée en Angleterre et reprise par un musicien russe installé en France.

C'est dans un autre recueil de sonates pour deux violons et basse continue que l'on trouve une Follia assez peu connue et pourtant retentissante dont je vous livre un enregistrement live par "Le Musiche Nove" direction : Claudio Osele.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 7 Oct - 00:06 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Francesco Petrini (1744-1819) : Les Folies d'Espagne et douze variations

Francesco (ou François) Petrini, s'il n'est pas connu actuellement, fut pourtant un des plus grands virtuoses de la harpe. Membre d'une dynastie de harpistes, il est né à Berlin où son père travaillait à la cour de Frédéric II de Prusse.

Au service, un temps, du duc de Mecklembourg-Schwerin, Petrini émigra à Paris où il se fixa en 1769 pour y rester jusqu'à sa mort en 1819, traversant sans encombre la période révolutionnaire. A l'instar de Mozart, Petrini est répertorié en tant que musicien maçonnique, étant membre d'une loge parisienne.

Les Folies d'Espagne et douze variations de Petrini sont ici enregistrées sur un instrument d'époque (1799).

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Papy
Chevalier d'or

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 2 102
Localisation: champs de rosée
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 7 Oct - 06:17 (2013)    Sujet du message: Musique Classique Répondre en citant

Antonio Salieri (1750-1825) : Variazioni sull'aria La Follia di Spagna

Non, Antonio Salieri n'a pas assassiné Mozart ! Cette rumeur provient d'une nouvelle écrite par Pouchkine en 1830 qui fut reprise par Pierre Shaffer dans sa pièce "Amadeus" dont Milos Forman tira un film éponyme en 1984.

Cette rumeur, on la retrouve encore de nos jours et on la retrouvera certainement encore longtemps.

Tout cela est fort dommageable pour ce compositeur italien qui étudia très jeune à Venise pour ensuite émigrer à Vienne où il se lia d'amitié avec Gluck et Haydn.

Auteur d'une quarantaine d'opéras et de diverses autres partitions symphoniques et de musique de chambre, il fut un personnage important de la vie musicale viennoise et il eut de nombreux élèves tels que Beethoven, Schubert, Liszt (alors âgé de 11-12 ans) et même Franz Xaver Mozart, le plus jeune fils de Wolfgang Amadeus.

Salieri eut une vie professionnelle tellement remplie qu'il lui arriva d'être obligé de refuser la composition d'opéras par manque de temps. C'est ainsi que les livrets de "Cosi fan tutte" et de la "Clemenza di Tito" qui lui furent d'abord proposés par Da Ponte échurent ensuite à Mozart qui en fit les opéras que tout le monde connaît.

Cela n'empêcha pas Salieri de reconnaître le génie de Mozart à l'instar de Haydn et il fut une des rares personnes présentes à son enterrement, s'évertuant ensuite à faire connaître la musique de son défunt collègue.

Les "Variazioni sull'aria La Follia di Spagna" de Salieri (1815) sont exceptionnelles à plus d'un titre, d'abord par leur taille (26 variations sur presque 18 minutes), ensuite par la richesse et l'ampleur de l'orchestration et enfin par la modernité du style qui appartient plus au XIXème de Beethoven qu'à l'époque classique de Mozart.

(Texte du Lutin d'Ecouves : http://www.youtube.com/user/lelutindecouves )




.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:04 (2016)    Sujet du message: Musique Classique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Saint Seiya Omega Index du Forum -> Ω Espace membres Ω -> DISCUSSIONS GENERALES -> Musique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 710, 11, 12  >
Page 6 sur 12

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Saint Seiya Omega Index du Forum
Le forum de topaze