Saint Seiya Omega Index du Forum

Saint Seiya Omega
Le forum officiel consacré à la suite de Saint Seiya : Omega.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mythologie grecque

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Saint Seiya Omega Index du Forum -> Ω Espace membres Ω -> DISCUSSIONS GENERALES -> Mythologies
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
gold saint camus
Chevalier d'argent

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2013
Messages: 788
Localisation: Versailles
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 18 Sep - 09:59 (2013)    Sujet du message: Mythologie grecque Répondre en citant

 I: Persée et la Gorgone Méduse


1° L’exil de Danaé et de Persée – Persée était le fils de Danaé. Cette dernière avait été enfermée dans une tour par son père, Acrisios, le roi d'Argos, car il avait appris d’un oracle qu’il serait tué par son petit fils. C’est alors que Danaé reçut la visite du dieu Zeus, qui se était présenta à elle sous la forme d’une pluie d’or.  
De cette union naquit un fils, Persée. Acrisios, effrayé par la prédiction de l’oracle, renonça toutefois à les tuer, mais décida néanmoins de les enfermer dans un coffre et de les jeter à la mer.
Les deux naufragés parvinrent cependant à s’en sortir : le coffre s’échoua sur l’île de Seriphos, et ils furent sauvés par le frère du roi, un pêcheur nommé Dictys (ce qui veut dire ‘filet’.), qui décida de leur offrir le gîte et le couvert. C’est alors que le frère de ce dernier, Polydecte, le roi de l’île, tomba amoureux de Danaé. Il tenta donc de se débarrasser de Persée qui ne voyait pas cette relation d’un bon œil, et décida de l’envoyer combattre la Gorgone Méduse.     
 
            2° Les Gorgones – Les Gorgones faisaient partie des monstres les plus dangereux de la mythologie grecque, au même titre que les cyclopes ou les sirènes. Cependant, les Gorgones n’étaient qu’au nombre de trois : Sthéno, Euryalé et Méduse. Mais seule la dernière n’était pas immortelle.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces créatures avaient été jadis des jeunes femmes fort séduisantes. Mais Méduse était tombée amoureuse de Poséidon, le dieu de la mer, et avaient couché ensemble dans le temple de la déesse Athéna. Cette dernière, en représailles, transforma les trois sœurs en Gorgones : il émergea de leur crâne des centaines de serpents, qui constituèrent leur chevelure. Tout mortel qui croisait le regard de ces créatures était instantanément changé en statue de pierre. 
Polydecte, en envoyant Persée accomplir cette quête, savait pertinemment que le jeune homme n’avait pratiquement aucune chance de s’en sortir vivant. Mais les dieux décidèrent de ne point abandonner Persée.
 
            3° Athéna vole au secours de Persée – Persée, qui avait traversé de nombreuses contrées inconnues sans parvenir à trouver Méduse, reçut la visite de la déesse Athéna. Cette dernière lui offrit un bouclier dont l'intérieur était poli comme un miroir : ainsi, Persée n’aurait pas à croiser le regard de Méduse. En outre, elle lui révéla aussi le nom de celles qui pourrait informer Persée du lieu où se trouvait Méduse : les Grées.
 
            4° Les Grées, les Nymphes et Hermès – Les Grées étaient trois sœurs, Enyo (‘belliqueuse’.), Pemphredo (Méchante’.) et Deino (‘effrayante’.). Filles de Phorcys et de Céto, elles étaient les soeurs des Gorgones, et vivaient dans une grotte. Elles n’étaient pas des monstres, mais avaient un physique effrayant : tout d’abord, elles étaient nées avec des cheveux gris et la peau ridée (Grée signifie ‘vieille femme’.). Ensuite, elles n’avaient pas d’yeux ni de dentition, et étaient obligées de partager un œil et une dent à tour de rôle.
C’est alors que Persée vint à leur rencontre. Il profita de la confusion engendrée par une dispute entre les trois Grées pour leur subtiliser leur dent et leur œil unique. Il les força alors les trois vieilles créatures à lui révéler le lieu où se cachait la Gorgone Méduse. Rendues furieuses par la perte de leur œil et de leur dent, les Grées furent contraintes de fournir à Persée les informations qu’il attendait.    
Persée ne leur rendit cependant pas leur œil unique, et le jeta dans le lac Tritonis, afin que ces dernières ne préviennent pas les Gorgones de l’approche du jeune homme.  
 
            Par la suite, Persée rencontra la Nymphes, qui lui remirent un casque qui rendait invisible (la kunée, appartenant à Hadès.) et une besace dans laquelle mettre la tête de méduse.
Le dieu Hermès, quant à lui, offrit au jeune homme une paire de sandales ailées, ainsi qu’une serpe d’acier.
 
            5° Persée face à Méduse – Persée traversa alors l’océan par les airs, grâce à ses sandales, et trouva finalement le lieu où se trouvait les Gorgones endormies, jonché de nombreuses statues de pierre : les restes de leurs victimes.
Sthéno et Euryalée étant immortelles, comme nous l’avons vu précédemment, Persée s’approcha de Méduse. Guidé par Athéna, utilisant son bouclier de bronze comme d’un miroir, il décapita la créature avec la serpe d’Hermès, et mit la tête tranchée dans sa besace.

Copie en plâtre d'une fontaine située à Munich, représentant la victoire de Persée sur la gorgone Méduse, vers 1590, Victoria & Albert Museum, Londres.
Lorsque le sang gicla de la tête de Méduse, deux êtres en sortirent, Pégase, le cheval ailé, et Chrysaor, un géant.

Pégase, représentation figurant sur une coupe noire du IV° siècle avant Jésus Christ, British Museum, Londres.
C’est alors que les sœurs de Méduse se réveillèrent. Persée devint alors invisible, en utilisant le casque d’Hadès.  
 
            6° Andromède – Sur le chemin du retour, Persée s'arrêta pour se rafraîchir à Chemnis, en Egypte. Puis, alors qu'il longeait la côte phénicienne, il y aperçut une jeune femme, Andromède, enchaînée à un rocher et offerte en pâture à un monstre marin.
Ce supplice avait été ordonné par l'Oracle d'Ammon, afin de punir les paroles présomptueuses de Cassiopée, la mère de la  jeune fille : en effet, cette dernière s'était vantée qu'elle et sa fille étaient plus belles que les Néréides. Celles ci s'étaient alors plaintes de cette insulte à leur protecteur, le dieu Poséidon, qui avait envoyé un déluge et un monstre marin femelle dévaster les côtes de Philistia. Le royaume ne serait épargné qu’à condition qu’Andromède soit sacrifiée au monstre.

Andromède attachée au rocher par les Néréides, par Théodore CHASSERIAU, 1840, musée du Louvre, Paris.
 
Persée se posa alors sur le rivage, où se tenaient les parents de la suppliciée : Cassiopée et son époux Céphée, roi de Joffa. Le jeune homme accepta de délivrer la jeune femme, à condition que cette dernière devienne sa femme et vienne avec lui en Grèce, condition que ses parents acceptèrent. Persée s'éleva alors à nouveau dans les airs, et, plongeant précipitamment vers la mer, il trancha net la tête du monstre avec sa serpe, puis délivra Andromède.
 

Persée secourant Andromède, par Joachim WTEWAEL, 1611, musée du Louvre, Paris.
 

Persée tue le monstre marin, représentation figurant sur un vase grec du IV° siècle avant Jésus Christ, Altes museum, Berlin.
Mais aussitôt Persée et Andromède revenus à terre, Céphée et Cassiopée voulurent reprendre leur parole, prétextant que la main de la jeune fille avait déjà été accordée Phinée, frère du roi Céphée. Persée épousa néanmoins Andromède, mais les noces furent brutalement interrompues par l'arrivée de Phinée et de ses partisans, qui s’opposait au mariage. Une bataille éclata alors, au cours de laquelle Persée tua un grand nombre d'adversaires. Mais, ses ennemis étant trop nombreux, il décida de sortir la tête de Méduse, les transformant tous en statues. Phinée dut lui aussi subir ce triste sort.

Persée pétrifie Phinée, XVII° siècle, Bode Museum, Berlin.

Par la suite, Andromède accoucha d'un fils, Persès, que Persée installa sur le trône de Joppa, sous la tutelle de son aïeul Céphée.

Le mariage de Persée et Andromède, représentation figurant sur un vase grec du V° siècle avant Jésus Christ, Altes museum, Berlin.
 
7° Le retour à Seriphos – Persée, accompagné de son épouse, arriva enfin à Seriphos, où il découvrit que sa mère et Dictys s’étaient enfermés dans un temple, fuyant la colère de Polydectès, qui voulait épouser Danaé de force. Persée montra alors la tête de Méduse au roi et à ses partisans, qui furent instantanément pétrifiés.

Persée et Andromède, par Bertel THORVALDSEN, XIX° siècle, Alte Nationalgalerie, Berlin.
Persée confia alors le trône de Seriphos à Dictys, puis décida de partir avec Andromède vers Argos, le royaume de son grand père Acrisios. Ce dernier, apprenant l'arrivée de son petit-fils, décida de s'enfuir à Larissa, en Thessalie, de peur que la prophétie ne se réalise.
A cette même époque, le roi thessalien Teutamidès donnait des jeux funèbres, en l’honneur de son père décédé. Acrisios s’y rendit en tant que spectateur, et Persée y participa en tant qu’athlète. Ce dernier, lors de l’épreuve du lancer de disque, dépassa sa cible, et tua accidentellement son grand-père. La prophétie s’était accomplie. Persée, attristé par cet évènement, rendit à Acrisios les honneurs funèbres.
Persée retourna alors à Argos, où il découvrit que Proetos, le frère jumeau d'Acrisios, s’était emparé du trône de son défunt frère. Il pétrifia l’usurpateur, puis échangea le royaume d'Argos contre celui de Tirynthe, qui appartenait au roi Mégapenthès.
 C’est alors qu’Athéna demanda à Persée de rendre les objets magiques à Hermès, afin qu'il les rende aux nymphes du Styx. Selon certaines traditions, Athéna conserva le bouclier sur lequel elle fixa la tête de la Gorgone.
 
            8° Postérité de Persée – Andromède eut cinq fils à Tirynthe, Alcée, Sthénélos, Hélélos, Mestor et Electryon, ainsi qu’une fille, Gorgophoné (‘tueuse de Gorgone’.). L’un d’entre eux fut l’aïeul d’Héraclès.
Selon la légende, Persée érigea de nombreuses villes dans son royaume, dont Mycènes et Midée. Son fils Persès, toujours selon la légende, fut le fondateur de l’Empire des Perses, auquel il donna son nom.   
Les conditions de la mort de Persée sont floues, ce dernier s’étant disputé avec les servantes du dieu Dionysos, dont le culte était alors en pleine expansion. Après son décès, Athéna le fit prendre place dans les cieux, au milieu des constellations, accompagné d’Andromède, du monstre marin, de Céphée et Cassiopée.


II: Jason et les Argonautes



  1° La jeunesse de Jason – Jason était le fils d’Aeson, roi d’Iolcos en Thessalie. Cependant, Pélias, le frère de ce dernier, s’empara du trône. A ce moment là, l’usurpateur apprit de la bouche d’un oracle qu’il serait tué par un descendant d’Eole (Jason était son arrière petit fils.), chaussé d’une seule sandale. Aeson, craignant que son fils se fasse tuer par Pélias, décida de le confier au centaure Chiron. Il lui demanda aussi à ce dernier de mettre en place des funérailles factices afin que tout le monde soit persuadé de la mort de Jason.

Centaures, VI° siècle avant Jésus Christ, Neues museum, Berlin.
 
Plusieurs années plus tard, Jason retourna à Iolcos, voulant faire valoir ses droits au trône. C’est alors qu’il rencontra une vieille femme en chemin, qui lui demanda de l’aider à traverser un cours d’eau dangereux. Jason ne refusa pas de rendre le service qu’on lui demandait, mais perdit une sandale dans la manœuvre, emportée par les flots. Encore faut il préciser que la vieille femme n’était autre qu’Héra en personne.
Jason arrivant dans la ville, Pélias apprit qu’un inconnu chaussé d’une seule sandale cherchait à le rencontrer. Ne souhaitant pas que la prophétie se réalise, le roi accepta de rendre le trône à son neveu à condition que ce dernier lui rapporte la Toison d’Or. Cette dernière était la laine du bélier ailé grâce auquel Phrixos et Hellé avaient fui leur tyrannique belle mère, Ino, et avaient rejoint la Colchide, à l’extrémité de la mer Noire. La Toison était alors suspendue dans le bois d’Ares, et gardée par un dragon. En outre, le roi de Colchide, Eétès, était un roi cruel, qui avait fait assassiner son gendre Phrixos.
Jason trouva, dans un premier temps, que la mission que lui donnait son oncle était irréalisable. Puis, il partit consulter l’Oracle de Delphes, qui donna un avis favorable. Jason décida donc de partir pour la Colchide.
 
         2° L’expédition vers la Colchide – Un bateau du nom d’Argo fut affrété, ses occupants, des Thessaliens, furent donc nommés les argonautes. Sur l’équipage qui comptait 56 hommes, l’on pouvait trouver de nombreux héros, dont Pélée (le fils d’Eaque, un des trois juges des Enfers, et père d’Achille.), Augias, Castor et Pollux, Acaste (le fils de Pélias.), Argos[1] (qui créa l’Argo.), Calaïs et Zétès (des humains ailés.) etc. Au fil des siècles, la liste des héros qui participèrent à l’expédition s’allongea de plus en plus : firent alors partie des Argonautes Héraclès[2], Thésée, Orphée, etc.
La figure de proue du navire provenait d’une branche du chêne sacré de Zeus à Dodone, qui avait reçu le don de parole par Athéna. 
Les Thessaliens prirent alors le départ, après avoir fait un sacrifice à la déesse et à Apollon, protecteur du navire. Alors qu’à l’avant, Orphée chantait pour donner le rythme aux 54 rameurs, Tiphys pilotait à l’arrière.   
 
            Les Argonaute firent une première escale à Lemnos. Mais le lieu était maudit, car la déesse Aphrodite avait affublé toutes les femmes de l’île d’une odeur insupportable. Abandonnées par leurs compagnons, ces dernières avaient fini par massacrer tous les hommes de Lemnos.  
En arrivant, Jason fut accueilli par la reine Hypsilé, et finalement, Aphrodite fut convaincue par son mari Héphaïstos de mettre un terme à la malédiction. Les Argonautes séjournèrent une année dans l’île, afin de s’assurer de son repeuplement. Jason lui-même s’unit à Hypsilé, dont il aura deux fils, Eunéos et Thoas.
 
            Les Argonautes reprirent alors leur route, traversant l’Hellespont (du nom d’Hellé, sœur de Phrixos, qui était tombé du bélier d’or et s’était noyée.), nom que l’on donnait autrefois au détroit des Dardanelles.
Jason et ses hommes firent alors escale à Arctonnésos, l’île de l’Ours, qu’un isthme rattachait au continent. Mais alors que Jason était reçu chez Cyzicos, roi des Doliones, des géants à dix bras sortis de terre, les Gégéneis, attaquèrent l’Argo. Mais le navire était gardé par le vaillant Héraclès, qui élimina ses ennemis sans coup férir. 
 
Le demi dieu abandonna par la suite ses compagnons au cours d’une nouvelle escale en Bithynie. Il partit en effet rechercher son compagnon Hylas, enlevé par les nymphes du puits dans lequel il était allé chercher de l’eau. Glaucos, une divinité marine, dissuada les Argonautes de partir à la recherche d’Héraclès, disant qu’il devait finir d’accomplir ses douze travaux.
Par la suite, les Argonautes affrontèrent Amycos, roi des Bébryces, qui défiait à la lutte tous les étrangers, puis tuait les perdants. Indignés par ce comportement, les hommes de Jason firent combattre Pollux. Ce dernier vainquit le roi, lui assénant un coup derrière l’oreille, qui lui enfonça le crâne. Croyant Amycos mort, ses sujets attaquèrent les Argonautes qui les repoussèrent aisément.
 
            Par la suite, l’Argo fit escale à Salmydessos, capitale de la Thynie, en Thrace. Le roi Phinée, qui possédait des dons de prophétie, était devenu aveugle. Il était également pourchassé par les Harpies, envoyées par Zeus pour punir le roi d’avoir découvert certains secrets concernant la race humaine. Les Harpies étaient des divinités de la dévastation et de la vengeance divine, dotées de corps d’oiseaux et de visages de femme. Elles étaient au nombre de trois (parfois plus selon les traditions.) : Aello (ce qui veut dire ‘bourrasque’.), Ocypète (‘Vole vite’.), Podarge (‘Pieds légers’.).
Phinée réserva un bon accueil aux Argonautes et leur prédit l’avenir. Mais il leur demanda aussi de le débarrasser des Harpies. Ce furent Calaïs et Zétès qui s’occupèrent de cette tâche, poursuivant ces créatures jusqu’en Acarnanie (une région située sur la côte occidentale de la Grèce.). Les Harpies furent sauvées grâce à l’intervention de la déesse Iris, messagère d’Héra, mais renoncèrent à tourmenter Phinée.
 
            Les Argonautes reprirent alors leur route en direction du Bosphore. Ils franchirent les Symplégades, dont les rochers, les roches bleues, se refermaient et broyaient les navires qui tentaient de traverser.     
Jason et ses hommes firent ensuite une nouvelle escale sur une île de la côte de Thynie. Ils firent un sacrifice à Apollon, puis furent reçus par Lycos, roi des Mariandynes. C’est alors que Tiphys mourut, emporté par la maladie, et fut remplacé à la barre par Ancée. Le fils du roi, Dascylos décida de se joindre à l’expédition. 
 
            3° L’arrivée en Colchide – Les Argonautes, approchant de la Colchide, affrontèrent, le long de la côte de l’île d’Aria, une nuée d’oiseaux dotés de plumes d’acier qui s’attaquaient aux étrangers. Les hommes de Jason furent alors rejoints par les quatre fils de Phrixos (qui avait été tué par le roi Eétès.).
Les Argonautes remontèrent ensuite le fleuve Phase jusqu’à Aea, la capitale de Colchide, où ils furent accueillis par Médée, la fille d'Eétès.

La rencontre de Jason et Médée, par Biago D'ANTONIO, vers 1486, musée des Arts décoratifs, Paris.
Ce dernier invita alors Jason et ses compagnons à un banquet, au cours duquel le Grec indiqua que l’objet de sa présence ici était la Toison d’Or.

Episode des Argonautes : le banquet à la Cour d'Eétès avec Jason et Médée, XV° siècle, musée des Arts décoratifs, Paris.
Cependant, un oracle avait prédit à Eetès qu’il cesserait de régner ou serait tué par un étranger si la Toison venait à disparaître. Ainsi, le roi s'engagea à accomplir les voeux de Jason, si ce dernier parvenait à accomplir une épreuve de force : atteler sous le même joug deux taureaux aux sabots d’airain, soufflant le feu par leur naseaux ; puis, utiliser les bestiaux pour labourer un champ, et semer des dents de dragon faisant pousser une moisson d’hommes armés.
Cependant, Médée était tombée amoureuse de Jason et décida de l’aider. Elle lui donna un baume magique, grâce auquel Jason sortit victorieux de l’épreuve. Mais Eetès, qui ne s’était pas imaginé que Jason puisse réussir, avait décidé de ne pas tenir sa promesse.
Avertie des intentions de son père, Médée décida  de prévenir les Grecs, qui fêtaient leur victoire. La jeune femme, que Jason avait demandé en mariage, décida de conduire ce dernier au bois d’Ares. Endormant le dragon qui gardait la Toison d’Or, grâce à sa magie, elle permit à Jason de s’emparer de ce qu’il était  venu chercher.

Jason et Médée dans le bois d'Ares, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ.

Jason contre le dragon, par Benoît de Sainte Maure, enluminure issue de l'ouvrage Roman de Troie, Paris, France, XIV°siècle.
 

Jason portant la Toison d'Or, sculpture de Berthel THORVALDSEN, Thorvaldsens Museum, Copenhage.
Par la suite, les Grecs s’enfuirent de Colchide en remontant le fleuve Phase. Toutefois, le roi Eetès ne comptait pas laisser fuir les Argonautes ainsi. Mais Médée, qui avait tué son frère Apsyrtos, dispersa dans les flots des morceaux de son cadavre. Eetès fut alors retardé dans sa poursuite des Grecs, voulant récupérer tous les restes de son fils[3]

Jason semant les dents de dragon, s'emparant de la toison d'or, et découpant le corps d'Apsyrtos, par Guillaume Fillastre, enluminure issue de l'ouvrage Toison d'Or, France, Paris, XV° - XVI° siècle.
 
4° Le retour en Grèce – Le trajet du retour diffère selon les traditions, mais n’est pas exempt d’aventures héroïques.
Calaïs et Zétès, les héros ailés, de retour en Bithynie, furent tués par Héraclès, car ces derniers n’avaient pas voulu chercher Hylas, le compagnon du demi dieu.
Jason et Médée, quant à eux, rencontrèrent Charybde et Scylla, deux monstres marins, évitèrent les sirènes, puis accostèrent en Crète. Là, ils affrontèrent le géant de bronze, Talos, qui faisait trois fois par jour le tour de l’île, empêchant les étrangers d’aborder. Médée enleva alors le clou planté dans la cheville du monstre, qui fermait son unique veine. Le géant se vida alors de son sang.

Sirènes, par Arnold BOCKLIN, 1875, Alte Nationalgalerie, Berlin (à noter que les sirènes étaient à l'origine décrites comme des créatures mi-femmes mi-oiseaux, attirant les voyageurs pour qu’ils se noient. Ce n’est que bien plus tard qu’elles devinrent des femmes à moitié poisson).
 
Finalement, les Argonautes parvinrent à rentrer à Iolcos, et remirent la toison d'or à Pélias.

Jason apporte à Pélias la toison d'or, représentation figurant sur un vase grec du IV° siècle avant Jésus Christ, musée du Louvre, Paris.
Mais les traditions diffèrent quant à la suite des évènements. Selon certaines sources, Médée rajeunit le vieux Aeson, père de Jason, grâce à une potion magique. D’autres sources disent qu’elle fit bouillir le vieil homme dans un chaudron, puis qu’elle persuada les filles de Pélias de faire de même avec leur père, après l’avoir coupé en morceaux.
 
Horrifiés par ce crime, les habitants d’Iolcos chassèrent Jason et Médée, et furent aussi abandonnés par Héra, qui réprouvait ce crime. Le fils de Pélias, Acaste, devint alors roi d’Iolcos. Les écrits diffèrent sur le lieu où se réfugièrent Jason et Médée, mais la majorité d’entre eux racontent qu’ils trouvèrent refuge à Corinthe, auprès du roi Créon.
Jason et Médée vécurent dix ans dans la cité, donnant naissance à plusieurs garçons (les plus connus étant Thessalos, Phérès et Merméros.) et une fille (Eriopis.).
C’est alors que Créon offrit à Jason la main de sa fille, Glaucé. Médée ne pouvait en effet légitimement pas épouser son amant, car elle n’était pas Grecque. Jason décida alors de la répudier, et Médée fut bannie de Corinthe. Médée décida de se venger, en demandant à ses enfants d’apporter à Glaucé une robe de mariée, qui la brûla vive. Créon, voulant secourir sa fille, mourut lui aussi, dévoré par les flammes. Puis, les enfants de Jason furent massacrés par les Corinthiens en guise de représailles (mais certaines sources affirment que c’est Médée qui assassina ses propres enfants.).


Médée assassinant ses enfants, esquisse de Jean Honoré FRAGONARD, XVIII° siècle.

Médée furieuse, par Eugène DELACROIX, 1862, musée du Louvre, Paris.
Certains auteurs antiques racontent que seul Thessalos survécut, et succéda à Acaste sur le trône d’Iolcos.
En ce qui concerne la mort de Jason, deux sources s’affrontent : selon l’une, il se suicida en apprenant la nouvelle de la mort de ses enfants ; selon l’autre, il mourut écrasé par la figure de proue magique de son navire, l’Argos (cette dernière s’étant brisée alors que Jason dormait juste en dessous.).
 
 5° Les tribulations de Médée – Par la suite, Médée s’enfuit de Corinthe, rejoignant la ville d’Athènes : le roi Egée avait en effet accepter de la protéger contre la promesse de pouvoir avoir des enfants (mais il ignorait qu’il avait déjà engendré Thésée[4].).
Médée épousa alors Egée, et lui donna un fils, Médos. Mais, quelques années après, Thésée, devenu adulte, rentra à Athènes afin de faire valoir ses droits au trône. Médée, qui découvrit l’origine royale du jeune homme, lui proposa d’aller combattre le taureau qui sévissait dans les environs de Marathon (il avait été capturé par Héraclès au cours de son septième travail, puis relâché peu après.).
Ayant réussi l’épreuve, Médée tenta de tuer Thésée, avec l’aval d’Egée, faisant passer le jeune homme pour un prétendant au trône. Elle lui offrit alors une coupe de vin empoisonné. Mais Egée reconnut à temps certains objets que Thésée portait sur lui (des cadeaux d’Aethra, la mère du jeune homme.), et arracha la coupe des mains de son fils.
Médée fut ensuite contrainte à l’exil, et retourna en Colchide, où se trouvait déjà son fil Médos. Mais Persès, qui avait tué son frère Eetès, s’était emparé du trône. En outre, comme un oracle lui avait prédit qu’il serait lui-même tué par un descendant de son frère défunt, il décida de jeter Médos en prison (le jeune homme protesta, se faisant passer pour un corinthien du nom d’Hippotès, fils de Créon.).
Puis une terrible sécheresse dévasta la Colchide. Médée, déguisée en prêtresse d’Artémis, proposa à Persès de mettre fin à ce fléau en échange de la mort du jeune homme prisonnier. Mais, lorsqu’elle se rendit compte que le soit disant fils de Créon n’était autre que son propre enfant, elle lui donna une épée avec laquelle Médos tua Persès, vengeant ainsi son grand père Eetès.
Médos s’empara par la suite d’un territoire auquel il donna son nom, le pays des Mèdes (la Médie.).


III: Oedipe



   1° Les ascendants d’Œdipe – A Thèbes régnait alors Labdacos, père de Laïos. Lorsque le roi vint à mourir, son fils, encore fort jeune, fut mit sous la tutelle de son grand oncle Lycos[1]. Laïos, en grandissant, comptait un jour monter sur le trône de Thèbes. Mais le jeune homme dut fuir, car la ville fut attaquée par les frères jumeaux Amphion et Zéthos, qui prirent le pouvoir 
Fils de Zeus et d’Antiope[2], ils furent abandonnés étant enfants sur le mont Cithéron, sur les ordres de leur oncle Lycos, roi de Thèbes. Là, ils avaient été recueillis par des bergers.
Amphion, en grandissant, devint un exceptionnel musicien, au même titre qu’Orphée. Si ce dernier pouvait envoûter les humains et les animaux grâce à sa musique, Amphion, lui, pouvait déplacer des pierres.
Zéthos, quant à lui, devint berger, avant de s’attaquer à Thèbes.
Les deux jumeaux rentrèrent donc dans la ville. Zéthos poursuivit Lycos qui s’était enfui et le tua ; Amphion, quant à lui, s’attaqua à Dircé, l’épouse du roi, qui avait maltraité et emprisonné Antiope, mère des deux jumeaux. Il l’attacha à la queue d’un cheval indompté, et Dircé fut ainsi mise en pièces.
Par la suite, Amphion bâtit les remparts de Thèbes grâce à sa lyre ; Zéthos épousa Thébé, qui donna son nom à la ville.         
  
            Laïos, pendant ce temps, s’était réfugié à la cour de Pélops, en Elide (une région située à l’ouest du Péloponnèse.). Mais, pris de passion pour Chrysippos, le fils de son hôte, il l’enleva et s’enfuit. Le jeune homme se suicida peu après (Certains récits racontent une autre version des faits : Hippodamie, la femme de Pélops, aurait envoyé ses fils tuer leur demi-frère : Chrysippos étant en effet le fruit des amours de Pélops et d’une nymphe.). Apollon, indigné, jeta alors une terrible malédiction sur Laïos : s’il engendrait un fils, ce dernier tuerait son père et épouserait sa mère. A la mort des jumeaux, Amphion et Zéthos, Laïos revint à Thèbes et épousa Jocaste. A la suite d’une nuit d’ivresse, la reine tomba enceinte. Apprenant d’un oracle quelle était la malédiction d’Apollon, il s’empara de son fils dès sa naissance, ordonnant qu’on lui perce le pied d’une pointe et qu’on l’abandonne sur le mont Cithéron.
Seulement, le bébé fut retrouvé par un berger nommé Phorbas.

Oedipe enfant rappelé à la vie par le berger Phorbas qui l'a détaché de l'arbre, sculpture réalisée par Denis Antoine CHAUDET, fin XVIII, musée du Louvre.
Ce dernier décida d’apporter le nouveau né auprès du roi de Corinthe, Polybe. Lui et sa femme, Mérope, n’avaient pas d’enfants ; ils élevèrent donc le bébé comme s’il était leur propre fils. Ils le nommèrent Œdipe, ce qui veut dire ‘pied enflé’.      
 
            2° Œdipe et le Sphinx – Devenu grand, Œdipe se rendit compte qu’il n’était pas le vrai fils de Polybe, et décida de se rendre à Delphes afin de savoir qui étaient ses véritables parents.
Apprenant de la bouche des prêtres de Delphes qu’il tuerait son père et épouserait sa mère, ces derniers le chassèrent de la ville. Œdipe ne voulant pas faire de mal à ses parents adoptifs, ne retourna pas à Corinthe, et se dirigea plutôt vers la Béotie. Sur la route étroite, il rencontra le conducteur d’un char, qui lui ordonna de lui céder le passage. Il s’agissait en fait de Laïos, qui se rendait à Delphes afin de connaître la raison de la présence du Sphinx, qui saccageait son royaume. Laïos, tentant de passer, écrasa le pied d’Œdipe sous une roue de son char. Ce dernier répliqua en lui enfonçant son javelot dans le ventre (il tua aussi tous les serviteurs du roi.).
 
En arrivant à Thèbes, Œdipe fut surpris de voir dans quel état était plongé la population de la ville. Le roi avait disparu, et le Sphinx ravageait le pays. Ce monstre ailé, pourvu d’une tête de femme et d’un corps de lion, fille du chien Orthos[3] (certaines sources disent fille de Typhon.) et d’Echidna. Ce monstre, dont le visage était celui d’une belle femme, et le corps celui d’un serpent, était déjà mère de nombreuses autres créatures terrifiantes : l’Hydre de Lerne, le lion de Némée, etc.
La créature avait été envoyée à Athènes par Héra, afin de venger l’enlèvement de Chrysippos par Laïos. Le Sphinx, assis sur un mur ou un rocher, proposait à ses victimes inlassablement la même énigme :
- «Quel être, pourvu d’une seule voix, a d’abord quatre jambes, puis deux jambes, et trois jambes ensuite ? »
Ceux qui ne pouvaient répondre étaient dévorés. Créon, frère de Jocaste et régent de Thèbes, dont le Sphinx avait tué un de ses fils, offrit le royaume et la main de Jocaste à quiconque pourrait anéantir ce monstre. 
Œdipe vint trouver la créature qui lui proposa son énigme. Le jeune homme donna la bonne réponse :
- « il s’agit de l’homme. De fait, lorsqu’il est enfant, il a quatre jambes, car il se déplace à quatre pattes ; adulte, il marche sur deux jambes ; quand il est vieux, il a trois jambes, lorsqu’il s’appuie sur son bâton. »


Oedipe et le Sphinx, représentation figurant sur un vase grec du V° siècle avant Jésus Christ, Altes museum, Berlin.

Oedipe et le Sphinx, enluminure issue de l'ouvrage Roman de Thèbes, Paris, France, XIV°siècle.
Le Sphinx, rentrant dans une colère noire, se jeta du haut des rochers (certaines sources disent du haut des murailles de Thèbes.) et se tua. 
Après avoir tué son père sans le savoir, Œdipe accomplit la seconde partie de la malédiction en épousant sa mère, Jocaste.
 
            3° Les malheurs d’Œdipe – Œdipe, devenu roi de Thèbes, eut quatre enfants avec Jocaste : deux fils, Etéocle et Polynice ; ainsi que deux filles, Antigone et Ismène.  
Selon Homère, Jocaste ne découvrit la vérité que bien des années après, et se pendit pour expier son crime. Sophocle ajoute qu’Œdipe se creva les yeux en prenant conscience de l’inceste duquel il s’était rendu coupable.
Œdipe resta malgré les évènements sur le trône de Thèbes, mais il fut plus tard destitué par ses deux fils, Etéocle et Polynice, qui souhaitaient obtenir le pouvoir.
Tout d'abord enfermé à Thèbes, Œdipe partit ensuite en exil, errant, accompagné par sa fille Antigone. Ensemble, ils marchèrent jusqu'au temple de Poséidon à Colonne, en Attique, où Œdipe fut placé sous la protection de Thésée et mourut.

Oedipe à Colone, par Jean Hugues, 1885, musée d'Orsay, Paris.
 
Avant de rendre l’âme, il lança une malédiction sur ses fils qui se déchiraient : dans leur folle lutte pour le trône de Thèbes, ils se donneraient mutuellement la mort.
 
            4° La malédiction se poursuit – Les mythes diffèrent, suite au décès d’Œdipe. En effet, de nombreux auteurs grecs de l’antiquité relatèrent ces évènements, chacun apportant une version différente des faits (Sophocle, Euripide, Eschyle, etc.).
Sans rentrer dans les détails, il est communément admis qu’Antigone, la fille d’Œdipe, rentra à Thèbes suite à la mort de son père. Elle apprit alors que ses deux frères étaient morts, suite à une lutte fratricide, et que Créon, son oncle, était de retour au pouvoir.

Polynice contre Etéocle, enluminure issue de l'ouvrage Roman de Thèbes, Paris, France, XIV°siècle.

Seulement, le roi de Thèbes, suite au décès des fils d’Œdipe, accorda des funérailles à Etéocle, mais les refusa à Polynice (selon certaines versions, ce dernier aurait tué Mégarée, un des fils de Créon.). Antigone, outrée que l’on refuse de rendre à son défunt frère les hommages qui lui étaient dus, brava l’interdit du roi et offrit à Polynice un simulacre de culte funèbre[4]. Elle se fit cependant arrêter par les gardes du roi et fut amenée devant lui.
Antigone, bien qu’elle soit la fiancée d’Hémon, un des fils de Créon, n’en fut pas moins condamnée à être emmurée vivante. Puis, pris de remords, le roi voulut faire sortir Antigone de sa prison, mais cette dernière s’était pendue. Hémon, fou de douleur, se suicida en s’ouvrant le ventre de son épée ; Eurydicé, sa mère, apprenant la mort de son fils, se trancha la gorge.
Créon, par la suite, donna la main de sa fille Mégara au demi dieu Héraclès.


IV: Les douze travaux d'Héraclès



   1° La jeunesse d’Héraclès – Héraclès était un descendant de Persée, mais aussi un demi dieu : Alcée et Electryon avaient eu deux enfants qui s’étaient mariés, Amphitryon et Alcmène (Zeus avait prit l’apparence du mari de la jeune femme afin de pouvoir la séduire.). Héra, rendue jalouse par les infidélités de son époux, se vengea sur Héraclès, alors que celui ci n’était encore qu’un bébé : elle envoya deux énormes serpents sur terre qui devaient tuer l’enfant. Ce dernier parvint sans peine à se débarrasser de ces agresseurs, tant il était fort.

Fragment d'une statue d'Héraclès enfant (l'œuvre a été détruite en 1943), vers 1700-1706, château de Charlottenburg, Berlin.
Plus tard, lorsque Héraclès devint adulte, Héra tenta une nouvelle fois de se venger : elle parvint à le rendre fou. Dans sa démence, il crut voir ses pires ennemis face à lui et les tua… sans se rendre compte qu’il s’agissait en fait des enfants qu’il avait eu avec son épouse Mégara (selon certaines sources, cette dernière mourut aussi ce jour là, sous les coups de son mari.).
 
2° Les douze travaux d’Héraclès –L’Oracle de Delphes l’envoya alors purger une peine de douze ans à Argos, sous les ordres d’ Eurysthée, roi de Tirynthe. Voilà comment Héraclès fut emmené à accomplir ces douze travaux.
 
- Premier travail, affronter le lion de Némée : le premier travail de Héraclès fut de tuer le lion de Némée, une créature gigantesque et apparemment invincible. Un soir, le demi-dieu surprit la créature sur une colline, alors qu’elle venait de manger. Héraclès tenta d’abord de percer le lion de flèches (un cadeau d’Apollon.), mais ces dernières rebondirent sur la peau de l’animal. Puis il sortit sa massue, assénant un coup violent sur le crâne de la bête. L’arme se fendant en deux, Héraclès dut combattre à mains nues, et parvint à tuer l’animal en l’étouffant entre ses bras. Mais Héraclès perdit un doigt dans la bataille, croqué par le terrible lion.


Héraclès contre le lion de Némée, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ, Altes museum, Berlin.
Par la suite, le demi-dieu découpa la peau de l’animal et s’en fit une tunique, qu’aucune arme ne pouvait transpercer. En revenant auprès d’Eurysthée (qui, en le voyant arriver, se cacha dans une jarre.), ce dernier lui annonça que dorénavant ils ne communiqueraient que par l’intermédiaire de son héraut, Coprée, fils de Pélops (Pélops était le père de Chrysippos, enlevé par Laïos, le père d’Œdipe.).
 
- Deuxième travail, affronter l’Hydre de Lerne : Héraclès se vit ensuite confier comme tâche de tuer l’hydre de Lerne, un terrifiant monstre polycéphale. Le nombre de tête de la créature varie selon les auteurs (entre 5 et 100 000 !), et l’une d’entre elles était immortelle. Lorsque l’on coupait une de ses têtes, elle repoussait aussitôt[1]. En outre, l’haleine de l’hydre était mortelle.
Héraclès, recouvert de la peau du lion de Némée, décocha quelques flèches afin de faire sortir la bête de sa tanière. Héraclès commença à trancher les têtes du monstre, cautérisant les moignons au fur et à mesure à l’aide de brandons. La tête immortelle, recouverte d’or en partie, fut tranchée en dernier. Encore sifflante, la tête fut enfouie sous terre et recouverte par un rocher.

Héraclès affronte L'Hydre de Lerne,représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ.
Héraclès récupéra du sang de l’hydre afin de fabriquer des flèches empoisonnées.
 
- Troisième travail, capturer vivant le sanglier d’Erymanthe : cet animal vivait sur le mont Erymanthe, en Arcadie. Alors qu’il était à la recherche du sanglier, Héraclès fur reçut par le centaure Pholos. Le demi dieu, voulant alors consommer un tonneau de vin appartenant aux centaures, les mit en colère, et une lutte s’engagea. Héraclès, décochant ses flèches empoisonnées, en tua un grand nombre.

Paysage d'Arcadie, par Jacob Philippe HACKERT, 1805, Alte Nationalgalerie, Berlin.
Puis, il repartit à la recherche du sanglier. Afin de pouvoir le capturer, Héraclès l’emmena vers un endroit enneigé, l’épuisa, et le prit dans un filet.


Héraclès capture le sanglier d'Erymanthe, représentation figurant sur un vase grec du V° siècle avant Jésus Christ.
 
- Quatrième travail, s’emparer à la course de la biche aux pieds d’airain : a l’origine, les biches étaient au nombre de cinq, toutes dotés de cornes d’or et de sabots d’airain. Artémis les pourchassa et en captura quatre, qu'elle décida d’atteler à son quadrige. La cinquième parvint cependant à s’échapper.
L’animal étant consacré à Artémis, il était défendu à quiconque de le toucher ou de le tuer. Héraclès poursuivit l'animal toute une année sans parvenir à l'atteindre. Au final, la biche s'épuisa et voulut traverser un fleuve. C’est alors que le demi dieu lui décocha une flèche entre l'os et le tendon de la patte : cette attaque la blessa légèrement, et aucune goutte de sang ne fut versée. Héraclès chargea alors l'animal sur ses épaules et retourna à Tirynthe.
Alors qu’il se rendait chez Eurysthée, il rencontra Artémis et Apollon, qui l'accusèrent de sacrilège, car il avait blessé l’animal. Héraclès rejeta alors la responsabilité du problème sur le roi de Tirynthe. Convaincue que la faute incombait à Eurysthée, Artémis autorisa alors le demi dieu à continuer sa route, à condition qu’il relâche la biche une fois ce travail fini.


Héraclès et la biche aux pieds d'airain, représentation figurant sur un vase grec du V° siècle avant Jésus Christ.
 
- Cinquième travail, exterminer les oiseaux du lac Stymphale : Ces oiseaux étaient des créatures monstrueuses, peuplant le lac Stymphale.  Ces derniers, dotés d’un bec et de griffes de fer, ainsi que de plumes de bronze, se nourrissaient de chair humaine et infestaient les bois entourant le lac.
Héraclès les effraya au moyen d'un gong de bronze fabriqué par le dieu forgeron, Héphaïstos, puis les transperça à l’aide de ses flèches.
 


Héraclès contre les oiseaux du lac Stymphale, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ.
 
- Sixième travail, nettoyer les écuries du roi Augias : ces écuries, qui abritaient des milliers de bœufs, n’avaient pas été nettoyées depuis des années, et s’y amoncelaient d’énormes tas de fumier. Toute la région avait à souffrir des odeurs pestilentielles qui provenaient de ce lieu.
Héraclès décida alors de détourner les fleuves Alphée et Pénée de leurs lits, et dirigea les eaux vers les écuries.


Héraclès nettoyant les écuries d'Augias, représentation figurant sur un vase grec du V° siècle avant Jésus Christ.
 
- Septième travail, dompter le taureau de l’île de Crète : cet animal avait été offert à Minos, roi de Crète, par Poséidon. Il devait lui être sacrifié par le roi, mais ce dernier refusa, devant la beauté de la bête. Alors le dieu rendit fou le taureau pour se venger de Minos. Héraclès reçut pour tâche de le capturer vif : il y parvint, capturant la bête dans un filet, puis la rapporta en Grèce au roi Eurysthée.


Hercule capture le taureau de l'île de Crète, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ.
Ce dernier, ayant vu l'animal, décida de le relâcher : le taureau erra un temps à travers la Grèce, puis, après avoir commis plusieurs crimes, il fut éliminé par Thésée à Marathon.
 
- Huitième travail, enlever les juments de Diomède : le roi Diomède, roi des Bistones, était le fils du dieu Arès et d’une Nymphe. 
Pour Héraclès, la difficulté de ce travail résidait dans le fait que les animaux en question se nourrissaient de chair humaine. Le demi dieu tua Diomède, et le donna en pâture à ses chevaux. Selon certaines tradition, Héraclès était accompagné de son amant Abdère, qui fut lui aussi dévoré par ces créatures. Par la suite, il rapporta les juments au roi Eurysthée.


Héraclès et les juments de Diomède, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ.
La légende veut que Bucéphale, le cheval d’Alexandre le Grand, soit un descendant de ces juments de Diomède.
 
- Neuvième travail, rapporter la ceinture d’Hippolyte : Hippolyte, la reine des amazones, avait reçu en cadeau une ceinture des mains de son père, Ares. Admète, la fille d'Eurysthée, demanda à son père de lui rapporter cet objet qu’elle convoitait.
C’est donc Héraclès qui dut accomplir cette nouvelle tâche. Arrivant chez les amazones, il informa Hippolyte de sa mission, et cette dernière accepta de lui remettre la ceinture. C’est alors que la déesse Héra sema le trouble, et une rixe éclata : au cours de l’affrontement, Héraclès tua Hippolyte, et s’empara de sa ceinture.


Héraclès et les Amazones, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ, Altes museum, Berlin.
 
- Dixième travail, voler les bœufs de Géryon : Géryon, fils de Chrysaor et de Callirhoé, était un géant doté de trois corps, et réputé pour sa grande force. Il régnait sur l'Erythie, en Espagne, près de l’océan.
Héraclès se rendit en ces contrées, où il érigea deux colonnes, Calpée et Abyla : les colonnes d'Hercule, de chaque côté du détroit de Gibraltar. Les troupeaux de Géryon, d’énormes bœufs rouges, étaient gardés par un chien qui avait deux têtes, Orthos, et par un dragon qui en avait sept. Le demi dieu fracassa les crânes du chien monstrueux (un coup de massue par tête.), puis tira sept flèches sur le dragon qui avait prit ses distances, et tomba raide mort. C’est alors que Géryon apparut, mais il fut tué par Héraclès, qui se révéla être plus fort que lui. 


Héraclès affronte le géant Géryon, représentation figurant sur un vase grec du V° siècle avant Jésus Christ.

 
Par la suite, il emporta son bétail vers la Grèce, faisant un long voyage par voie terrestre, traversant l'Espagne, la France et l'Italie.


Héraclès et les boeufs de Géryon, XVI° siècle, Bode museum, Berlin.
 
- Onzième travail, cueillir les pommes d’or du jardin des Hespérides : les pommes d'or avaient été données à Héra par Gaïa comme cadeau de noces, puis avaient été conservées par les Hespérides, filles du Titan Atlas.
Eurysthée demanda à Hercule de lui rapporter ces pommes d’or. Comme le demi dieu ne trouvait pas le chemin, il vint prendre conseil auprès de Prométhée, enchaîné sur le flanc d’une montagne. Ce dernier, afin de récompenser Héraclès de l’avoir libéré, lui indiqua le chemin à prendre.
Le demi dieu se rendit alors au jardin des Hespérides[2], et tua Ladon, le dragon qui en gardait l’entrée. Il cueillit ensuite quelques pommes, sous la surveillance ses filles du Titan Atlas. Puis il revint auprès du roi Eurysthée.


Héraclès au jardin des Hespérides, représentation figurant sur un vase grec du IV° siècle avant Jésus Christ, Petit Palais, Paris.
 
- Douzième travail, ramener Cerbère des Enfers : Héraclès, pour se faire, descendit dans le monde souterrain. Alors qu’il se trouvait dans le monde souterrain, il délivra Thésée, mais ne put rien faire pour Pirithoos, l’ami de ce dernier. Finalement, Héraclès se trouva confronté à l’animal tricéphale. Il parvint à l’emprisonner dans les plis de la peau du lion de Némée, et le ramena à la surface, auprès du roi Eurysthée.


Héraclès ramène Cerbère des Enfers, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant Jésus Christ.
Cerbère fut relâché peu après, afin qu’il retrouve sa place de gardien des Enfers.
 
            Après une dizaine d’années de dur labeur, les douze travaux étaient accomplis. Héraclès redevint libre, son crime de sang étant enfin lavé.
 
3° Mort d’Héraclès – Par la suite, Héraclès épousa ensuite une femme du nom de Déjanire. Un jour, ils se trouvèrent face au fleuve Evenos, en proie à une crue exceptionnelle. Héraclès réfléchissait au moyen de faire traverser le fleuve à son épouse, quand le centaure Nessos arriva. Ce dernier proposa d’aider Déjanire à franchir le fleuve, tandis que Héraclès nagerait de son côté. Mais, lorsque le demi dieu parvint de l’autre côté du fleuve, il se rendit compte que Nessos tentait d'abuser de Déjanire. Son sang ne faisant qu’un tour, il s’empara de son arc, y plaça une flèche enduite du poison de l'Hydre de Lerne, et la décocha entre les omoplates du centaure. A l'agonie, ce dernier offrit sa tunique à Déjanire, lui disant de la tremper dans son sang et de l'offrir à Héraclès, afin de s'assurer pour l'éternité de sa fidélité. Cette dernière fit ce que lui demanda le centaure, et conserva précieusement la tunique.
 

Hercule, Déjanire et le centaure Nessus, 1699, château de Versailles, Versailles.  

 
Ce n’est que bien plus tard que Déjanire, craignant de perdre son époux, lui fit revêtir le fameux vêtement (Héraclès s'était en effet épris de Iole, la fille du roi Eurytos.).
Héraclès sentit alors que la tunique le brûlait. Tentant de l’ôter, il constata que sa peau partait avec, et comprit alors le piège dans lequel sa femme s'était laissé prendre : le sang du centaure avait été contaminé par le poison de l'Hydre de Lerne, dont la veste était imprégnée. Ne pouvant supporter la douleur, Héraclès fit ériger un bûcher dans lequel il se jeta, alors que Déjanire se pendit.
 
Zeus ne put intervenir pour sauver son fils mais lui fit une place sur l’Olympe. 




V: Thésée et le Minotaure








1° La jeunesse de Thésée – Egée, roi d’Athènes, avait été marié plusieurs fois, mais n’avait pas réussi à avoir des enfants. Or, ce dernier voulait un fils, afin de pérenniser la lignée royale. Il consulta alors l’oracle de Delphes, puis se rendit à Trézène, dont le roi était Pitthée. Ce dernier, qui connaissait le problème d’Egée, l’enivra et le confia ensuite à sa fille, Aethra. 
Après avoir couché ensemble, Aethra se rendit sur l’île de Sphaeria, où elle fut étreinte par le dieu Poséidon. Elle accoucha ensuite d’un fils, Thésée.
Egée, devant repartir pour Athènes, n’assista pas à l’accouchement, mais prit néanmoins ses dispositions : il emmena la jeune femme au pied d’un énorme rocher, sous lequel il plaça son épée et ses sandales. Il demanda à Aethra d’envoyer son futur fils à Athènes, le jour où il serait en âge de soulever l’énorme bloc de pierre. Alors l’enfant serait reconnu par Egée comme l’héritier du trône d’Athènes. 
Une fois parvenu à l’âge d’homme, Aethra emmena son fils devant l’imposant rocher, qu’il souleva sans peine. Ignorant encore sa filiation avec Poséidon, il partit pour Athènes.

Thésée retrouvant les armes de son père, par Laurent de LA HYRE, 1634.
 
            2° De Trézène à Athènes – La route qui menait de Trézène à Athènes était à l’époque infestée de brigands, qui dépouillaient et tuaient tous les voyageurs qui passaient par là. Ces assassins étaient alors au nombre de cinq.
Périphétès, fils de Poséidon ou d’Héphaïstos selon les sources, fracassait le crâne de ses victimes, à l’aide d’une énorme massue de bronze. Procuste était le plus âgé des brigands, et passait pour être fils de Poséidon. Il invitait les voyageurs à se reposer dans son auberge, puis les torturaient en les attachant sur un lit de fer : soit les victimes étaient trop grandes, et Procuste découpait les membres qui dépassaient ; soit elles étaient trop petites, et ils les étiraient jusqu’à ce qu’elles atteignent la taille requise[1]. Son fils, Sinis, était surnommé le courbeur de pins, car il rançonnait et torturait ses victimes en les écartelant entre deux arbres. Parfois, il demandai aux voyageurs de l’aider à courber un pin, puis brusquement, il lâchait l'arbre. L’innocente victime était alors projetée dans les airs, et se tuait en retombant lourdement au sol. Un autre brigand, Cercyon, a une ascendance floue : il serait fils d’Héphaïstos, ou descendrait de Poséidon. Il s’attaquait aux voyageurs en les défiant à la lutte. Enfin, Sciron, lui aussi fils de Poséidon (selon certaines sources.), avait coutume de s'asseoir sur un rocher et d'obliger les voyageurs qui passaient par là à lui laver les pieds. Pendant que les innocentes victimes étaient baissées, il les précipitait d'un coup de pied du haut de la falaise. En tombant à la mer, les voyageurs étaient dévorés par une tortue géante.
Thésée commença par fracasser le crâne de Périphétès, lui enlevant sa propre massue des mains. Puis le jeune homme affronta Sinis à la lutte et le tua, lui faisant subir le sort qu’il réservait à ses victimes. Par la suite, il s’unit avec Périgouné, la fille de ce dernier (certaines sources disent qu’il la viola.). Elle mit ensuite au monde un enfant du nom de Mélanippe. Reprenant sa route, Thésée rencontra Sciron. Refusant de lui laver les pieds, il le souleva du rocher sur lequel il était assis, et le précipita dans la falaise. Puis, Thésée dut affronter Cercyon à la lutte. Le jeune homme souleva le bandit en le prenant par les genoux et le projeta au le sol, lui fracassant le crâne. Thésée s’unit ensuite avec sa fille, Alope (certaines sources, ici aussi, affirment qu’il la viola.). Enfin, le fils d’Egée élimina Procuste, le père de Sinis, en l’attachant au le lit dans lequel il avait fait périr tant de victimes, et lui coupa la tête. 

Thésée renverse Sciron du haut de la falaise, représentation figurant sur une coupe grecque du V° siècle avant Jésus Christ, Altes museum, Berlin.
 
            3° Thésée à Athènes – A cette époque, Egée vivait avec Médée, avec laquelle il avait eu un fils, Médos. Le vieux roi espérait que le jeune homme pourrait lui succéder sur le trône, malgré le fait que sa mère soit une étrangère. Egée était en outre confronté chaque jour à l’hostilité de Pallas, son frère, et des cinquante fils de ce dernier (surnommés les pallantides.).   
Lorsque le jeune homme arriva à Athènes, il décida de ne pas révéler son identité. Cependant, Egée accueillit chaleureusement le voyageur, ayant entendu parler des exploits que ce dernier avait accomplis. Médée, quant à elle, ne voyait pas l’arrivée de Thésée d’un bon œil, car elle savait qui il était, contrairement à Egée qui l’ignorait. Comme elle voulait que son fils Médos monte sur le trône d’Athènes, elle proposa au jeune homme d’aller combattre le taureau qui sévissait dans les environs de Marathon, à l’est d’Athènes (il avait été capturé par Héraclès au cours de son septième travail, puis relâché peu après.), espérant que Thésée se fasse tuer.
Ayant réussi l’épreuve, Thésée rentra à Athènes, après avoir capturé le taureau. Il le sacrifia à Apollon par la suite. Alors, Médée tenta de tuer le jeune homme. Elle le fit passer pour un partisan des pallantides aux yeux d’Egée, et lui offrit alors une coupe de vin empoisonné au cours d’un banquet. Mais Egée reconnut à temps les objets que Thésée portait sur lui : les sandales et l’épée qu’il avait placé lui-même sous le rocher, en présence d’Arthéa. Il arracha soudain la coupe des mains de son fils, puis exila Médée.
 
            4° Thésée et le Minotaure – Egée décida alors de partager le royaume avec son fils. En apprenant cette nouvelle, la moitié des cinquante pallantides marchèrent sur Athènes, alors que l’autre tendait une embuscade aux partisans de Thésée. Mais ce dernier, averti du plan des fils de Pallas, parvint à les prendre à revers, et ils furent contraints à prendre la fuite.
C’est alors que Thésée apprit que les Athéniens, vaincus par les Crétois au cours d’une guerre, devaient fournir un tribut au roi de l’île, Minos : Chaque année, sept jeunes hommes et sept jeunes femmes étaient envoyées à Cnossos, la capitale, offerts en sacrifice au Minotaure. Les jeunes victimes périssaient soit de faim (perdues dans le Labyrinthe.), soit dévorées par la créature.
 
Le Minotaure était une créature dont l’ascendance était pour le moins surprenante : bien des années auparavant, le trône de Crète était disputé entre trois frères, Rhadamanthe, Sarpédon et Minos. Ce dernier en appela à Poséidon, lui demandant de lui envoyer un signe qui le ferait reconnaître comme l’héritier de la couronne. Après avoir fait un sacrifice au dieu de la mer, un taureau magnifique sortit de la mer, que Minos promit de sacrifier aux prochaines fêtes. Mais le roi n’accomplit pas sa promesse, admirant la rare beauté de l’animal.
Poséidon, furieux d’avoir été ainsi abusé, fit en sorte que la reine Pasiphaé tombe amoureuse de l’animal. En outre, cette dernière était la fille d’Hélios, la personnification du soleil. Et il faut savoir que ce dernier avait rapporté au mari d’Aphrodite, Héphaïstos, que cette dernière l’avait trompé avec le dieu de la guerre, Arès. Désireuse de se venger d’Hélios, la déesse de l’amour fit en sorte d’exacerber les sentiments que Pasiphaé prouvait pour ce taureau.
Tourmentée dans sa chair, désirant assouvir cette passion contre nature, elle demanda conseil à Dédale, l’architecte du roi. Ce dernier mit alors au point un système qui permettrait à la reine de s’accoupler sans danger avec le taureau : il élabora une génisse en bois, recouverte de la peau d’un animal fraîchement abattu. A l’intérieur, il avait aménagé un endroit où la reine pouvait s’installer confortablement dans l’attente de l’événement qui allait la satisfaire. Par la suite, Dédale fit monter le leurre sur un chariot, et transporta l’appât auprès de l’animal. La reproduction était si bien faite que le taureau s’y laissa prendre, et l’accouplement eu lieu.
De cette union naquit le Minotaure, une créature dotée d’un corps d’homme et d’une tête de taureau (Contraction de ‘Minos’ et de ‘taureau’.).
Le roi, lorsqu’il apprit la naissance du monstre, fit construire par Dédale, un immense palais, composé d’un enchevêtrement de salles et de couloirs, ou serait enfermé le monstre. On donna à cet édifice le nom de Labyrinthe.

Le Minotaure repenti, par Giorgio DE CHIRICO, musée d'art moderne, Paris.
 
            A Athènes, Thésée était lassé d’entendre les jeunes Athéniens lui reprocher d’être le seul garçon à ne pas participer au tirage au sort qui désignait les futures victimes, sous prétexte qu’il était le fils du roi. Il décida donc de se porter volontaire pour faire partie du prochain contingent.
Avant de partir, Egée demanda à son fils de changer les voiles de son navire par des voiles blanches, s’il réussissait à rentrer vivant chez lui.
Lors du voyage vers la Crète, Thésée dut affronter Minos, qui tentait de violer la fille d’Alcathoos, roi de Mégare. Les deux hommes, qui se traitaient tous deux de bâtards, durent prouver leur divine ascendance : Minos demanda d’abord à son père, Zeus, d’envoyer un éclair dans le ciel bleu. Thésée, quant à lui, trouva un anneau que le roi de Crète avait jeté à la mer. 

Thésée se présentant à la Cour de Minos avec la délégation athénienne, par CIMA, vers 1495, musée du Luxembourg, Paris.
Thésée, protégé par Aphrodite, parvint à séduire Ariane, la fille de Minos. Cette dernière se rendit auprès de Dédale, qui lui apprit comment réussir à sortir du Labyrinthe. Ariane retourna ensuite auprès de Thésée, et lui promit de lui révéler ce qu’elle savait s’il promettait de l’épouser. Le jeune homme accepta, et la jeune femme lui confia alors une bobine de fil.

Le Labyrinthe de Crète et l'histoire de Thésée et d'Ariane, gravure du XV° siècle.
Passant avant ses compagnons, il trouva le Minotaure, l’affronta et le tua d’un coup de massue. Il rapporta la dépouille du monstre, et le groupe, accompagné d’Ariane et de sa sœur Phèdre, parvint à s’emparer d’un navire et à prendre la fuite (Thésée avait auparavant sabordé tous les navires de la flotte qui mouillait dans le port.).

Duel entre Thésée et le Minotaure, par CIMA, vers 1495, musée du Luxembourg, Paris.

Thésée terrassant le Minotaure, statue réalisée par Etienne Jules RAMEY, 1821, jardin des Tuileries, Paris.
Thésée et ses compagnons, lors du chemin du retour, firent escale sur l’île de Dia (aujourd’hui appelée Naxos.), et repartirent en abandonnant Ariane (cette dernière, isolée, fut alors recueillie par Dionysos, dieu du vin et de l'ivresse).

Dionysos couronne Ariane abandonnée sur l'île de Dia et la prend pour épouse, par CIMA, vers 1515, musée du Luxembourg, Paris.
En revenant à Athènes, Thésée avait oublié de changer les voiles noires du navire, comme il l’avait promis à son père. Le vieil Egée, croyant que son fils était mort, se suicida en se jetant dans la mer qui porte son nom.
 
            5° Suite des aventures de Thésée – Par la suite, Thésée devint roi d’Athènes, et épousa Antiope, reine des Amazones. De leur union naquit un fils, Hippolyte[2]. Mais la femme de Thésée mourut peu après en combattant à ses côtés, et ce dernier épousa alors Phèdre.
C'est alors que la reine tomba amoureuse d’Hippolyte, qui la repoussa. Cette dernière accusa donc le jeune homme d’avoir voulu la violer, ce qui fit entrer Thésée dans une colère noire. Il implora alors sur son fils la malédiction de Poséidon : Hippolyte mourut écrasé par son char, ses chevaux s’étant brusquement emballés.

La mort d'Hippolyte, sculpture réalisée par Jean Baptiste LEMOYNE, XVII° siècle, musée du louvre.
En apprenant la nouvelle, Phèdre se suicida, et Thésée n’apprit que trop tard ce qui s’était réellement passé.   






_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 18 Sep - 09:59 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Saint Seiya Omega Index du Forum -> Ω Espace membres Ω -> DISCUSSIONS GENERALES -> Mythologies Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Saint Seiya Omega Index du Forum
Le forum de topaze